Longtemps je me suis appuyée sur une fée du logis plus que parfaite. C'était au temps de la grande maison et de la vraie vie. Nos années de travail en commun nous avaient rodées l'une à l'autre et chacune prenait sa part dans la bonne humeur et le souci du ménage bien fait. Et puis l'âge et la maladie sont venus, le moment de sa retraite aussi et je me souviens combien j'ai pleuré son départ. Une autre petite fée, recommandée par une amie, est entrée dans ma vie, efficace et discrète, mais ce n'était pas tout à fait pareil. d'autant que petite fée a une santé fragile et une famille exigeante. Beaucoup d'absences, mais que faire ? Puis nous avons emménagé dans la mini maison, plus facile à gérer et après des mois de relative quiétude, voilà que petite fée tombe malade au début du printemps. Analyse, examens, IRM programmés, intervention chirurgicale sans doute. Me voilà bien embêtée.

La société prestataire de services à la personne de mon village me propose une employée. Maivaise expérience: travail baclé et soupirs à fendre l'âme, une jolie bague en nacre disparait (mais avec ma mémoire en vrac je me garderai bien de tirer des conclusions sauf que plusieurs semaines plus tard, elle n'a toujours pas réapparu). Bref, je mets fin au contrat et me voilà revenue au point de départ. Avec le maniaquerie qui ne m'a jamais quittée, je passe une grande partie de mes journée à briquer la maison et à m'épuiser dans des tâches qui exigent plus d'énergie que je n'en ai désormais.

Bertrand, toujours aux petits soins, demande conseil à Marylin (grrrr) qui l'oriente vers une société des plus chics. Le pire camouflet de ma vie. La responsable de ce juteux bisness vient nous rencontrer, hésite presque à rentrer tant notre mini maison est éloignée des criteres de la maison bourgeoise pour laquelle elle propose ses services, annonce des tarifs horaires d'hôtel quatre étoiles et s'en retourne sur un hochement de tête (je brode un peu, mais c'est bien l'esprit de la rencontre). Son attitude aurait-elle était la même si nous étions restés dans la grande maison ? Nous sommes les mêmes pourtant et nos revenus n'ont pas changé. Mais l'apparence .....

Bref, me voici vraiment fort ennuyée !